LE DESIGN THINKING AUGMENTÉ A T IL DES LIMITES ?

(21/09/2022)


Entrepreneur, technologiste, conférencier, enseignant, auteur, Fabrice Fischer a fondé en 2016 Blu, une société de conseil en IA active à Hong Kong et à Montréal. Il a œuvré en finance et en informatique en Asie, Europe et Amérique du Nord. CFO de Sentient Technologies (San Francisco et Hong Kong), l’une des sociétés d’IA les mieux financées au monde, il a contribué au lancement de Sentient Investment Management, un fonds spéculatif fondé sur l’IA. Il avait commencé par créer une société de services informatiques à Hong Kong, puis rejoint Bain & Co, Paris. Il a été directeur financier et des opérations de Bryan Garnier, une banque d'investissement européenne. Fabrice Fischer est co-auteur de « The Future of Finance - the impact of FinTech, AI, and Crypto on Financial Services », édition Palgrave. Il a enseigné l’IA pour les entreprises en Maîtrise à la Hong Kong University, la HKU of Science and Technology et à l'École de Technologie Supérieure à Montréal. Il est titulaire d’un baccalauréat en génie électrique de l'École Polytechnique de Montréal, et détient un MBA de l'INSEAD (France).

Conférence : Le Design Thinking augmenté a-t-il des limites ?
Jeudi 5 mai 2022, 15h15 - 16h — Amphi orange

Quel que soit l’engouement actuel autour de l’I.A. et l’accélération des avancées de la science que nous lui attribuons, nous pouvons nous demander si le Design Thinking Augmenté (DTA) nous permettra de dépasser nos limites actuelles de conception et de développer des processus automatiques d’innovation à l’infini ? Si une réponse positive semble évidente concernant les innovations incrémentales, qu’en est-il pour les innovations de rupture ? Le Design Thinking est un processus d’innovation basé sur nos besoins humains reconnus, mais dont la spirale ne cesse jamais de croître. Nous voulons toujours plus. Le développement du DTA va-t-il accompagner cette évolution ? Ou aura-t-il des limites technologiques ? Et va-t-il faciliter la satisfaction de nos besoins ou nous précipiter bien au-delà de nos besoins réels et raisonnables ? La question demeure fondamentale du point de vue technologique, mais aussi éthique et même philosophique. Le DTA nous conduira-t-il à designer des bioalgorithmes de cyborgs dans le métaverse et finalement nous désadapter au monde réel ?


Partager cette vidéo :

Revenir à la liste de vidéos