SOMMES-NOUS PRÊTS POUR LA CONSTRUCTION D’UNE BASE PERMANENTE SUR LA LUNE ?

(01/08/2022)


Alexis Paillet
Ingénieur de recherche dans le spatial

Fort d’un parcours académique universitaire et d’ingénierie dans le domaine du spatial et de la planétologie Alexis Paillet a rejoint l’agence spatiale française il y a seize ans pour travailler dans le développement, l’assemblage et les essais d’instruments spatiaux destinés notamment pour exploration de la planète Mars (ChemCam iinstrument franco-américain embarqué sur le rover Curiosity et SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure) sismomètre et principal instrument scientifique à bord de l'atterrisseur martien InSight). Depuis 2 ans, Alexis est chef de projet du spaceship FR, qui a pour vocation de préparer l’exploration spatiale humaine et robotique, en validant les technologies françaises sur Terre, les déployer sur des bases de test afin de débuter l’exploration de la Lune et d’exporter le modèle sur la planète Mars.

Conférence : Sommes-nous prêts pour la construction d’une base permanente sur la Lune ?
29 juin 2022, 9h15 - 10h — Amphi 34A

Le retour sur la Lune organisé pour y établir une présence permanente : beaucoup d’agences spatiales se préparent à cette nouvelle phase de l’exploration spatiale, y compris l’ESA (European Space Agency) et le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales, l’agence spatiale française). Pour préparer aujourd’hui la base spatiale de demain, le projet Spaceship FR réunit les technologies, les compétences et crée les réseaux nécessaires avec des partenaires des domaines du spatial et non-spatial. Les besoins humains essentiels sont une constante à prendre en compte dans les habitats où qu’ils soient situés. Un être humain doit manger, boire, respirer, dormir et éliminer ses déchets organiques. Un habitat lunaire permanent doit consommer le moins de ressources possible et satisfaire aussi sécurité et confort. Dans l’ISS, les astronautes changent de vêtements tous les trois jours grâce à un approvisionnement régulier depuis la Terre. Pour l’exploration spatiale lointaine, il est envisageable de fabriquer et recycler des vêtements en bioplastiques. Il faudra peut-être inventer et produire une matière anti-odeur, anti bactérien et agréable à porter. Le maintien en bonne santé implique d’assurer la propreté de l’habitat. Des locaux étanches favorisent la condensation sur des surfaces peu accessibles au nettoyage et des colonies de moisissures et de bactéries se développent. Des surfaces hydrophobes et autonettoyantes pourraient palier à ce problème. Spaceship imagine ces futurs habitats lunaires et martiens. Il reste encore beaucoup de recherches et de développements à initier pour imaginer pour des dizaines d’années, à partir de 2030.


Partager cette vidéo :

Revenir à la liste de vidéos