COMMENT GÈRE-T-ON LE HASARD QUAND ON EXPLORE LES PLANÈTES ?

avec Francis Rocard (30/08/2021)


Par Francis Rocard, Astrophysicien.

Au Cnam à Paris, le 2 juillet 2021 à l'occasion de TimeWorld 2021 https://timeworldevent.com/2021/fr/

Le livre " Pourquoi moi ? Le hasard dans tous ses états " paru aux Éditions Belin, accompagne cette édition de TimeWorld.

Le spatial et le hasard ne font pas bon ménage, c’est une évidence. "fly as you test and test as you fly" est plutôt la règle. L’imprévu doit être évité à tout prix. On se doit de tout prévoir même le pire. Cela concerne les cas dégradés suite à une panne qui oblige à fonctionner sur 3 pattes. Mais le hasard est souvent présent car explorer c’est partir à la découverte de l’inconnue qui par définition est … imprévue. Quand on se pose sur le sol d’un nouveau monde, on ne peut pas tout maitriser et le hasard fait partie du risque que les ingénieurs doivent traduire en robustesse. Quand il y a 20 ans, le JPL étudiait un atterrisseur sur une comète, il devait considérer que le sol pouvait être aussi dur que du béton ou aussi mou que de la neige poudreuse. Cela traduisait notre totale ignorance des comètes. Aujourd’hui avec Rosetta, on est capable de réduire considérablement le champ du possible pour la dureté du sol. Ce projet n’a jamais abouti car le risque lié au hasard était trop important. La notion de cas pire est très importante dans le spatial, elle fixe les limites du possible et permet aux ingénieurs de travailler. Divers exemples seront présentés ou le hasard a eu des conséquences heureuses ou malheureuses.


Partager cette vidéo :

Revenir à la liste de vidéos