LE HASARD EST-IL FONDAMENTAL ?

(19/08/2021)


Par Jérôme Rosanvallon - Philosophe

Au Cnam à Paris, le 2 juillet 2021 à l'occasion de TimeWorld 2021 https://timeworldevent.com/2021/fr/

Le livre " Pourquoi moi ? Le hasard dans tous ses états " paru aux Éditions Belin, accompagne cette édition de TimeWorld.

Le hasard est généralement envisagé selon une triple négation le définissant de façon chaque fois différente. Il serait le revers positif soit de l’absence de finalité, soit d’un manque de déterminisme, soit d’un défaut de connaissance (hasard dit « subjectif »). Dans le premier cas, il s’opposerait en somme à Dieu, dans le deuxième cas à une nécessité intrinsèque, dans le troisième à une réalité infiniment connaissable. Chacune de ces oppositions décline cependant la même alternative sous-jacente : le hasard n’est-il qu’un effet dérivé d’une réalité causalement ou finalement déterminée ou en constitue-t-il lui-même un aspect fondamental ? Devront être uniquement expliqués dans un cas les effets aléatoires du déterminisme, dans l’autre au contraire, les effets déterminés de l’aléatoire. Cette alternative est-elle elle-même indéterminée ? En partant d’une variation pouvant être qualifiée d’aléatoire selon le triple point de vue indiqué, la sélection naturelle darwinienne théorise ces effets déterminés du hasard et montre qu’une science du vivant n’est possible qu’en empruntant la deuxième voie de l’alternative. Reste alors à savoir si le vivant n’est lui-même qu’un effet aléatoire d’une réalité physico-chimique déterminée ou si au contraire la structure de la théorie permettant de le penser peut et doit être généralisée à l’ensemble de la réalité.


Partager cette vidéo :

Revenir à la liste de vidéos