COMMENT JUGER DE LA RARETÉ D'UNE COÏNCIDENCE ?

avec Leila Schneps (28/07/2021)


Par Leila Schneps, mathématicienne.
Au Cnam à Paris, le 1er juillet 2021 à l'occasion de TimeWorld 2021 https://timeworldevent.com/2021/fr/

Le livre " Pourquoi moi ? Le hasard dans tous ses états " paru aux Éditions Belin, accompagne cette édition de TimeWorld.

Parmi les affaires judiciaires, il en est d'un type très particulier, mais assez fréquent : celles qui sont quasiment dénuées de preuves concrètes. On peut constater par exemple un ou plusieurs décès, sans aucune preuve directe, qu’il s’agisse de meurtre ou pas. Dans de tels cas, l’accusation se base fondamentalement sur le principe de probabilité, en affirmant que si l’accusé était vraiment innocent, nous serions confrontés à une coïncidence par trop improbable. C’est alors que devient cruciale la question de calculer correctement la probabilité d’une telle coïncidence. Ce faisant, on a parfois d'authentiques surprises ; nous oublions facilement que nous vivons parmi des millions d’autres êtres humains et que dans une telle population, tout ce qui peut arriver arrive. Puis une fois cette probabilité calculée, aussi petite soit-elle, il ne faut pas oublier de la comparer avec celle que l’accusé ait commis les crimes dont il est accusé - car le meurtre est rare, lui aussi ! Une erreur classique consiste à supposer que si la probablité d’un événement est minuscule, et qu’il se produit quand même, “quelqu’un a fait exprès”. Ces illusions et ces fausses intuitions mènent régulièrement à des erreurs judiciaires regrettables.


Partager cette vidéo :

Revenir à la liste de vidéos